Saigon, une ville bruyante ?

C’est ce qu’on dit, c’est ce qu’on entend, alors oui ou non est ce que Saigon est une ville si bruyante, ou bien plus bruyante qu’ailleurs ? Petit résumé de tout ce qui nous fait répondre OUI à cette question.

A peine arrivés ici, dans la recherche d’un appartement, l’idée était de trouver un endroit calme. Saigon ou pas, le calme, c’est important, pour se reposer, pour s’entendre penser, pour mieux dormir, bref tout simplement parce que c’est plus apaisant. La condition aurait été la même dans n’importe quelle autre ville et pour n’importe quelle autre recherche d’appartement.

Sauf qu’ici, on ne croyait pas si bien dire … En fait on pourrait dire qu’ici les bruits les plus présents sont au moins de 4 ordres.

1 // Tout ce qui se construit et se déconstruit

Travaux à Saigon Vietnam.jpg

D’abord les travaux. Voilà, comme toute ville qui se développe, Ho Chi Minh est une ville en travaux. Mais pas toujours les travaux qu’on croit …

Vous avez bien sûr les grands buildings qui poussent un peu partout. On ne compte plus le nombre de grues disséminées dans le paysage. Futur condos, futurs centres commerciaux, futurs immeubles de bureaux, etc. Ça, plus le métro dont les travaux ont commencé il y a des années, qui devait être fini en 2017 et qui sera finalement peut être fini en 2010, à moins que ce ne soit 2025. Résultat, le chantier est là, avance de temps en temps, et attends des fonds la plupart du temps.

Mais vous avez aussi et surtout une sorte de renouvellement permanent des installations. Donc vous avez par exemple en bas de chez vous un petit quartier de maisons qui semble bien paisible, les maisons sont là, il ne semble pas y avoir d’espace disponible pour une maison de plus, c’est rassurant, on se dit c’est bon, on ne devrait pas avoir de travaux ici.

Erreur ! La vitesse à laquelle les maisons, restaurants, échoppes sont détruites et reconstruites est tout simplement hallucinante. Vous vous levez un matin et à la place d’un vieux restaurant, vous avez un terrain vague, qui ne reste évidemment pas vague bien longtemps, quelques jours plus tard, vous voyez une vingtaine de travailleurs débarquer et se lancer dans la construction d’autre chose.

Construction qui, elle, prendra beaucoup beaucoup plus de temps que la destruction bien sûr, à coup de scie, bétonneuses, grues, et j’en passe; et qui vit à l’heure du Vietnam : dès 7 heures du matin, les travaux commencent et point de samedi ou de dimanche, on peut travailler tous les jours sur les chantiers.

2 // Tout ce qui circule

IMG_20171108_164940.jpg

On l’a déjà dit, Ho Chi Minh compterait plus de huit millions de scooters (pour huit millions et demi d’habitants, légende ou réalité, ce qui est sûr c’est qu’il y en a partout), plus de dix milles taxis sans compter les bus, camions, et autres véhicules particuliers. Autant dire que ça fait du monde dans les rues (et même sur les trottoirs).

En soit, peut-être rien de bien différent d’une autre grande ville. Sauf que … les scooters passent partout donc il est quasi impossible de se trouver dans une rue sans circulation et surtout sans klaxons.

Sachant surtout qu’ici le klaxon est utilisé à peu près pour tout : annoncer qu’on arrive, annoncer qu’on va tourner, demander à l’autre de se pousser, annoncer qu’on prend la priorité, annoncer qu’on a un gros chargement qui va prendre de la place, appeler quelqu’un pour qu’il vienne; j’ai vu des chauffeurs de taxi klaxonner à chaque fois qu’ils étaient derrière quelqu’un, à chaque fois qu’ils faisaient un petit écart, bref à chaque qu’ils faisaient … quelque chose au volant. Autant dire que c’est une symphonie 24h/24 de klaxons.

En fait un embouteillage à Saigon, bien sûr ça bloque la circulation, mais c’est aussi visuellement dense (les scooters sont vraiment collés les uns aux autres) et surtout très très bruyant.

3 // Tout ce qui vit dans la nature, projeté dans la ville

La basse cour en ville Saigon Ho Chi Minh Vietnam.jpg

Bien sûr, puisqu’ici, les coqs et les poules ne sont pas réservés à la campagne donc réveil de bon matin, concert général tous les jours parce qu’il y en a à peu près partout, et à n’importe quelle heure (ils ne se synchronisent pas entre eux, dommage).

Nos amis les chiens ne sont pas en reste, ils montent la garde, se bagarrent dans la rue, jouent, bref, font aussi leur vie et c’est bien normal.

4 // Tout ce qui se passe dans la rue, qui est un lieu de vie en soi 

sdr

Il se passe plein de choses dans les rues : on cuisine, on vend, on prend des cafés, on dort, on coud, on se fait couper les cheveux, on discute. Mais pas seulement : régulièrement, vous avez des vendeurs sur leurs scooters qui sillonnent les rues pour vous vendre tout un tas de choses comme par exemple des tapis. Armés d’un haut parleur ou bien d’une grosse enceinte, ils sillonnent les rues avec des messages que j’imagine du type « vendeur de tapis, de nattes; x dongs la natte ». Et on les entend dans tout le quartier.

Le Vietnam est aussi le pays du karaoké donc souvent le dimanche, c’est karaoké puissance maximum et voix de casseroles pendant une après-midi entière. Au début c’est drôle, après une heure ou deux, on s’enferme !

Autre exemple, on fait beaucoup de recup’ ici. Avec un peu de malchance, vous avez près de chez vous quelqu’un qui récupère des canettes pour en revendre la matière. Et là, misère, vous commencez à entendre des bruits de marteaux, vous jetez un œil par la fenêtre et vous constatez qu’ils ont des sacs entiers de canettes à écraser. Idem, deux solutions : patience ou bien clim et fenêtres fermées.

Ce ne sont que quelques exemples, mais c’est pour dire à quel point trouver du silence est chose rare, très rare, d’où l’envie parfois de partir en week-end, que ce soit à la mer, ou à la campagne.

Pour être honnête ici, je dois terminer par les bruits qu’on n’entend pas par rapport à une ville comme Paris. Par exemple, on n’entend quasiment jamais le bruit de gyrophares ou de sirènes, que ce soit celles des pompiers, de la police, ou des ambulances. J’ai été surprise en en entendant pour la première fois la semaine dernière (en trois mois et demi).  D’ailleurs grosse différence ici, même si c’est un peu hors sujet : on ne voit ni la police ni les CRS, ni la sécurité comme on voit partout à Paris, et encore moins sur-armés comme chez nous …

On n’entend aussi assez peu vibrer de grosses cylindrées, voitures ou motos, du genre « attention me voilà », parce qu’en fait, ça circule beaucoup, mais à une vitesse plutôt faible, même sur les 3 ou 4 voies où l’on ne circule qu’à 80 km/h.

Pas de bruit de camions poubelles non plus; hier encore on se demandait comment se faisait le ramassage des ordures.

Camion de poubelles Ho Ci Minh Vietnam.jpg

On voit parfois des sortes de mobylettes tirant une charrette de remplies de sacs et d’ordures mais impossible de savoir si c’est ponctuel ou organisé par la ville. Idem pour les camions qui nettoient les rues, c’est plus simple, il n’y en a pas.

Tout ça rend le Vietnam particulier et spécifique et je mets au défi quiconque de trouver des boules Quies ou équivalent. Parce que le bruit fait partie de la vie. Allez dans n’importe quel centre commercial et vous verrez comme c’est bruyant avec de la musique partout. S’il y avait du silence, en fait, ce serait tout à coup inquiétant … Mais en attendant, j’avoue que c’est surtout parfois juste « trop », et surtout très fatigant.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s