Mes petits et grands plaisirs de la quinzaine #11

Encore une quinzaine bien chargée, et pleine de découvertes et de nouveautés plus de 3 mois après l’arrivée ici !

Du marché aux tissus en passant par le musée d’histoire, de la ville à la campagne, et toujours de restaurant en restaurant, il y a décidément de quoi faire …

 

1 // Découvrir la caverne d’Ali Baba (ou le marché des tissus)

Marché des tissus Saigon VietnamÇa faisait plusieurs fois qu’on m’en parlait : le marché des tissus près de l’église rose. Avec Lucille nous avons donc décidé d’y faire un saut et là, surprise, c’est une véritable caverne d’Ali Baba : des montagnes de tissus. Coton, synthétique, lin, à motifs, unis, liberty, vichy, épais, fin …

Si on ne se méfie pas on en ressort avec des kilomètres de tissu, d’autant que les prix sont dérisoires, à coup de l’équivalent de deux euros cinquante le mètre de coton.

Prochaine étape : faire faire les robes sur mesure qui vont avec les beaux tissus avec lesquels nous sommes reparties !

2// Passer un week-end à la campagne

A vélo dans la campagne de Cu Chi, Vietnam

Après les week-ends à la mer, voici venu le temps des week-ends à la campagne.

Direction Cu Chi, à une quarantaine de kilomètres de Saigon aux Hameaux de l’Orient. L’occasion de se balader dans les champs, de croiser des buffles, de ralentir le rythme et le niveau sonore alentour.

A refaire sans aucun doute pour se reposer au vert.

3 // Visiter le musée d’histoire

sdr

Je continue les visites culturelles, en route pour le musée d’histoire avec visite guidée cette fois.

L’occasion d’apprendre plein de choses, sur l’histoire du Vietnam depuis l’âge de bronze (mais ne me demandez pas de tout vous re-raconter), mais aussi sur le ou plutôt les bouddhismes, de voir de magnifiques statues Cham et de magnifiques Bouddhas de différents pays asiatiques, et d’apprendre à les reconnaître : les Vietnamiens sont en général minces voir maigres, les japonais, eux, sont un peu plus joufflus et dodus, les Cambodgiens ont un sourire tout particulier, les Thaïlandais sont plus fins de visage, etc, etc.

L’occasion aussi d’apprendre à reconnaître les différents dieux : Brama, le dieu créateur reconnaissable à ses quatre têtes et le fait qu’il soit toujours sur une oie ou un cygne; Shiva, le dieu destructeur mais pour ensuite créer un nouveau monde, sur son taureau; Vishnou, le dieu de la conservation, sur son aigle; Ganesh, le dieu éléphant qui représente le savoir et l’enseignement, reconnaissable aussi à ses quatre bras, etc, etc.

4 // Redécouvrir le temple de Cao Dai

Temple Cao Dai Vietnam Lemonandjuice (7).jpgTemple du kitsch pour certains, ou de l’ouverture d’esprit pour d’autres, compte tenu du métissage dont est issu ce courant, inspiré de trois religions principales : le confucianisme, le taoïsme et le bouddhisme, mais aussi du christianisme.

Un édifice à voir en tout cas, ainsi que la cérémonie, même s’il n’est pas forcément utile d’y assister en entier (ça dure une heure et demie).

5 // Avoir le temps de faire des déjeuners, des dîners, de passer des heures au téléphone avec des amis

IMG_20171017_125441.jpg

S’il y a bien une chose que je ne faisais plus quand je travaillais, c’était passer des heures au téléphone et faire des déjeuners à rallonge en semaine. Ici, le rythme est tout autre et c’est tout naturellement qu’on se décide, à l’avance ou à la dernière minute, pour aller déjeuner dans un nouveau restaurant.

Résultat, des heures à papoter, à rire, à se raconter sa vie, le tout dans une ambiance particulièrement bienveillante et bon enfant, sans jugement et sans codes. Et ça fait du bien …

Dernier restaurant découvert : le Hanayuki, restaurant japonais à tomber par terre, en particulier leur set lunch : pas de sushis mais des petits plats vraiment délicieux, avec de supers accords entre les ingrédients, bref, il faut y aller !

6 // Passer de l’Echo des Jardins à l’Echo des rizières

Après avoir remis à plat, retravaillé la forme et la ligne éditoriale de l’Echo des jardins chez Gamm vert, me voilà, pour des raisons non professionnelles cette fois, impliquée dans la rédaction de l’Echo des rizières, le magazine de l’association des francophones au Vietnam.

L’occasion de rencontrer encore de nouvelles personnes et de se lancer de petits challenges, à savoir aller interviewer des gens et en faire des articles, ou encore trouver des angles intéressants pour de nouveaux articles et de nouveaux sujets. Tout un programme …

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s